Les ouvrages olympiques : mettre à bord l’ensemble des filières industrielles et les écosystèmes d’innovation pour préfigurer la ville durable de 2030

A l’heure où la planète affronte une pandémie inédite renvoyant aux calendes grecques nombre d’évènements culturels et sportifs, la SOLIDEO maintient son cap ambitieux : livrer dans les trois ans qu’il reste plus de 60 ouvrages pérennes qui auront vocation à « faire ville » avec les territoires, le tout dans des coûts rigoureusement encadrés (1.4 Mrds euros de deniers publics) et des délais d’aménagement particulièrement accélérés.

A ce champ de contraintes déjà élevé s’ajoute un dernier item : l’ambition d’une préfiguration de la ville française de demain. Car l’opportunité qu’offrent les Jeux de 2024 reste unique. L’ensemble des ouvrages aura en effet vocation à préfigurer dès l’été 2024 une ville française décarbonée (en phase de construction, d’exploitation et même de déconstruction), énergétiquement sobre, résiliente (aux aléas climatiques notamment) et inclusive pour tous. C’est donc bien de la ville durable française de demain dont il s’agit : une ville qui s’ancre fermement et résolument dans la trajectoire de la neutralité carbone de 2050 fixée par les Objectifs du Développement Durable (2015) et surtout l’Accord de Paris (2016).

Afin de réaliser cet objectif, la SOLIDEO a souhaité établir un dialogue renforcé avec les opérateurs économiques (MEDEF, CPME, U2P, Les Canaux), les filières industrielles de la ville durable (CNI/CSF) et les écosystèmes d’innovation. Une stratégie que l’on pourrait chronologiquement résumer en trois axes économiques structurants :

  • Fixer en premier lieu un cadre normatif engageant pour ouvrir nos marchés à l’ensemble des entreprises

Depuis juillet 2018, la Charte en faveur de l’emploi et du développement territorial décline de grands engagements à l’endroit du monde économique. Parmi ces engagements, 25% du montant global des marchés doit être attribué aux TPE-PME et entreprises de l’Economie Sociale et Solidaire (ESS). Pour y parvenir, l’ensemble des maîtres d’ouvrages intègre systématiquement des clauses juridiquement coercitives dans leurs cahiers des charges de marchés. Fin janvier 2021, sur les 701 M euros de marchés déjà signés, 146 M euros (20,1%) ont été attribués à des TPE, PME et entreprises de l’ESS (soit 547 au total). Afin d’informer l’ensemble du tissu économique, deux plateformes dédiées aux opportunités et aux marchés de la SOLIDEO ont été mises en place, hébergées respectivement par le MEDEF (Entreprises 2024) et Les Canaux (ESS 2024).

  • Bâtir ensuite une ingénierie financière audacieuse incitant à des innovations de rang mondial, et orientées TPE/PME :

Durant l’année 2019, la SOLIDEO a lancé une initiative ambitieuse relative aux financements de « l’innovation verte » en dédiant 48 millions d’euros de sa maquette financière aux financements de l’innovation. L’enjeu : permettre le déploiement d’innovations vertes dans la construction des ouvrages olympiques et soutenir les PME porteuses de solutions innovantes pour la ville durable de demain.

Cette initiative comporte deux axes d’utilisation :

  • Une souscription à hauteur de 12 M€ au « Paris Fonds Vert », un fonds de capital-croissance initié par la Ville de Paris et administré par la société de gestion Demeter Partners. Cette souscription dans un fonds d’investissement, inédite pour un EPIC dédié à l’aménagement, permet à la SOLIDEO de valoriser, par effet de levier, la mise en place de démonstrateurs innovants pour les ouvrages, développés et financés en propre par une quinzaine de PME innovantes, à impact environnemental positif, et membres du portefeuille d’investissements.
  • La création ex-nihilo d’un Fonds Vert de dotations financières dédié aux financements de projets innovants portés par les maîtres d’ouvrages. Ce dispositif d’attribution de dotations financières complémentaires a vocation à octroyer en cumulé 36 M€ de financements à des projets d’innovation forts, réplicables, et de rang mondial à horizon 2024. Ces projets sont portés par l’ensemble des maîtres d’ouvrage. A ce stade, plusieurs projets comme le franchissement Pierre Larousse (franchissement en béton en impression 3D) ou la charpente-bois du futur Centre Aquatique Olympique ont par exemple été financés. Le Directeur Stratégie et Innovation de la SOLIDEO, Antoine du Souich, préside le Comité Innovation, comité d’attribution de ce fonds, qui soumet les projets de dotations en Conseil d’Administration.

En 2020, s’est ajouté à ce dispositif d’innovation un troisième axe incarné par la recherche de financements d’innovation complémentaires de la Commission Européenne. L’éligibilité de la SOLIDEO à ces financements (H2020, Horizon Europe, LIFE, Action Innovatrice Urbaine) constitue un terrain de jeu supplémentaire pour innover et imaginer collectivement la ville européenne de demain.

  • Concrétiser des projets ambitieux, et préfigurateurs de la ville durable française de demain :

La SOLIDEO s’est attachée à établir, renforcer et entretenir un dialogue direct avec les acteurs économiques afin d’originer des projets ambitieux en termes de décarbonation de la ville, de saut d’innovation technologiques, d’accessibilité universelle ou encore de smart citizen. L’enjeu de ce dialogue – d’autant plus crucial pour le monde économique depuis la crise sanitaire - croise ici une stratégie de sourcing de technologies innovantes et la nécessité d’une communication claire des marchés de la SOLIDEO auprès des écosystèmes d’entreprises, et notamment des TPE/PME.

La SOLIDEO a ainsi structuré une chaine de valeur d’information des opportunités de marché, sous la forme d’une communication régulière et jalonnée par des meetups économiques ainsi que des webinaires d’informations spécifiques de nos consultations. Si les meetups incarnent de grands momentums économiques semestriels avec l’ensemble des acteurs (maîtres d’ouvrages, groupements, TPE/PME, startups), les webinaires offrent aux entreprises des filières concernées des photographies détaillées des enjeux de nos marchés d’innovation au moment de leurs lancements. C’est une solution adaptée à la situation sanitaire qui permet de stimuler les écosystèmes économiques d’innovation, à l’instar de la filière des infrastructures du numérique lors du lancement de trois marchés liés au numérique par exemple.

Finalement, l’ensemble des dispositifs (normatifs, financiers, d’origination de projets) mis en place à l’égard du monde économique répond à une seule obsession : impulser dans la commande publique des innovations techniques et/ou servicielles, au service de projets emblématiques et à forte qualité environnementale portés par l’ensemble des entreprises. Ce faisant, la SOLIDEO entend contribuer à la transformation des pratiques au profit des filières stratégiques nationales de la ville durable pour se positionner comme le moteur de la transition écologique et solidaire.

En 2024, la SOLIDEO aura 6 ans d’avance sur les objectifs de réduction d’émissions de gaz à effet de serre pour l’année 2030. Les projets mettront en avant le savoir-faire français de la ville durable et seront des démonstrateurs réplicables de la ville de demain, en France et à l’international - réplicables y compris dans la méthodologie nouvelle d’aménagement que nous mettons en place. L’Héritage si cher au récit olympique ne sera plus seulement matériel, mais aussi sociétal et méthodologique. Car en déployant ainsi une nouvelle manière de construire une ville plus durable, et en tirant l’ensemble des parties prenantes économiques et de l’innovation, la ville durable ne sera pas un vain mot mais une réalité bel et bien incarnée.

Alexandre Gellé, chargé de mission sphère économique